La différence entre les vins bios, biodynamiques et naturels
Close

La différence entre les vins bios, biodynamiques et naturels

80 000 viticulteurs en France, 5500 bios et 500 en biodynamie, dont une cinquantaine font du vin dit « naturel » Attention aux fausses pistes et imprécisions…

Le vin biologique

Le label bio AB s’obtient 3 ans après l’arrêt de toute utilisation des produits chimiques de synthèse, herbicides, pesticides, fongicides et fertilisants; sous le contrôle, qui devient ensuite permanent, d’un organisme certificateur, Ecocert ! Cultiver sa vigne en bio requiert plus de main d’œuvre. Seuls le soufre et le cuivre (la bouillie bordelaise) sont autorisés pour prévenir les principales maladies de la vigne. En contact avec les feuilles et les grappes, contrairement aux produits chimiques « systémiques » qui entrent à l’intérieur du cep, ils imposent un nouveau traitement dès qu’il pleut plus de 20 à 25 mm d’eau. Au-delà de leur effet bénéfique sur la vie du sol, le travail de celui-ci limite la concurrence de l’herbe avec le cep pour la captation de l’azote, qui est nécessaire pour la croissance de la vigne, pour son rendement et pour une bonne vinification. A la cave lors de la vinification et de l’élevage du vin, les doses de soufre sont plus limitées. Aucun intrant non bio ne peut, en principe, être utilisé. Le cahier des charges reste assez large pour accueillir les bonnes volontés, dans l’attente d’une exigence encore plus grande pour faire de très bons vins.

Le vin biodynamique

Les vins certifiés en biodynamie sont d’abord certifiés bio… avec des exigences complémentaires pour le vigneron. L’exploitation viticole est un éco-système vivant, autonome, dont le vin se fait à 95% à la vigne, grâce à des sols vivants, qui, en retour, lui donneront des ceps avec des résistances naturelles et des raisins de qualité. Corriger les déséquilibres permet de prévenir la maladie. L’utilisation du calendrier astral, surtout lunaire, bien connu des anciens, permet de travailler la vigne aux moments propices pour la plante. Des préparations naturelles dynamisées et pulvérisées à dose homéopathique revitalisent le sol, améliorent la minéralisation et la photosynthèse. Elles permettent une meilleure maturité physiologique et phénolique, et, à date égale de vendange, plus d’acidité. Ces domaines produisent, en général, des vins de grande qualité.

Le vin naturel

C’est un terme imprécis et peut-être trompeur, notamment pour les vins des vignerons qui ne seraient pas certifiés AB et en biodynamie. Car naturel ne veut pas dire bio. Les vins naturels peuvent être des vins sans soufre ajouté ou simplement des vins bios qui n’utilisent que des levures indigènes; mais sans certification ni contrôle, le risque existe pour le consommateur. Pour investONwine seuls les vignerons certifiés bio peuvent prétendre à ce terme de vin naturel. L’association des vins naturels (AVN) partage cette philosophie, à défaut de cette obligation de certification : élaborer des vins natures, provenant d’une vigne, sans pesticide, et sans aucun additif ajouté à la vinification et très peu de soufre. Cette démarche est difficile et exige une rigueur absolue. Seuls les grands vinificateurs, dont beaucoup figurent déjà sur le site investONwine, peuvent y prétendre.


Close